Biographie

Lyonnais d’origine, Julien Behr est nommé révélation “artiste lyrique” de l’ADAMI en 2009 et fait partie des trois nommés dans la catégorie “révélation artiste lyrique” aux Victoires de la musique classique en 2013.

Il entre dès l’âge de 6 ans à la Maîtrise de la Primatiale Saint Jean de Lyon, où il suit une formation musicale en horaires aménagés. Titulaire d’un Master de droit des affaires à l’université Lyon III, il abandonne ses projets de carrière d’avocat pour se consacrer à plein temps à la musique. En 2010, il achève ses études d’art lyrique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon avec un Premier Prix.

Parallèlement à la musique, il nourrit une passion qu’il pratique depuis son plus jeune âge, le théâtre, ce qui le conduit tout naturellement à l’opéra. 2009 marque ses débuts au Festival international d’Aix-en-Provence dans le rôle titre d’Orphée aux Enfers. Tamino (La flûte enchantée) devient rapidement son rôle de prédilection, qu’il aborde à l’Opéra de Rouen, à l’Opéra de St Gall, à l’Opéra de Bern, à l’Opéra national de Bordeaux, à l’Opéra de Paris et à l’Opéra de Minnesota pour ses débuts aux Etats-Unis. En 2019, il revient aux Etats-Unis avec Tamino dans le cadre du festival Mostly Mozart à New York. Il se produit par ailleurs sur des scènes telles que le Festival d’Aix-en-Provence et La Fenice à Venise (Aci dans Aci and Galatea), l’Opéra de Paris (Arsace dans Bérénice, création mondiale de Michael Jarrell), le Théâtre des Champs-Elysées, le Grand Théâtre de Luxembourg, l’Opéra national de Lorraine  (Don Ottavio dans Don Giovanni), l’Opéra Comique (Antonin dans Ciboulette, Laërte dans Hamlet), l’Opéra de Lyon (Arbace dans Idomeneo, Admeto dans Alceste), l’Opéra d’Avignon (Camille de Rossillon dans La veuve joyeuse), l’Opéra national de Lorraine (Ferrando dans Così fan tutte), l’Opéra national du Rhin (création mondiale de Quai Ouest de Régis Campo, puis Narraboth dans Salomé), l’Opéra de Rennes (Ernesto dans Don Pasquale), l’Opéra de Nice (Tom Rakewell dans The Rake’s Progress), l’Opéra de Bordeaux (Edgardo dans Lucia di Lammermoor), l’Opéra de Flandre (Fenton dans Falstaff), l’Opéra de Cologne (Don Ottavio dans Don Giovanni et Gonzalve dans L’heure espagnole), les Wiener Festwochen (Jaquino dans Fidelio), le Mozartwoche de Salzbourg, le Theater an der Wien et Mostly Mozart à New York (Arbace dans Idomeneo) ainsi que le Barbican Centre (Gonzalve dans L’heure espagnole).

Sa saison opératique en 2019/20 le mènera en particulier au Grand Théâtre de Genève (prise de rôle avec Belmonte dans L’enlèvement au Sérail), à l’Opéra de Paris (Prince Philippe dans Yvonne, Princesse de Bourgogne de Philippe Boesmans) et à l’Opéra de Lyon (Shirine, création mondiale de Thierry Escaich).

Julien Behr s’est produit en concert avec des ensembles tels que Les Musiciens du Louvre, Les Siècles, Le Concert Spirituel, l’Ensemble Matheus, l’Orchestre national de Lyon, l’Orchestre national de Lille, l’Orchestre national des Pays de la Loire, le BBC Symphony Orchestra à Londres, l’Orchestre du Mozarteum de Salzbourg, l’Akademie für Alte Musik de Berlin, l’Orchestre de la Radio Bavaroise, l’Orchestre de la Suisse Romande et il s’est produit sous la direction de chefs d’orchestre tels que Alain Altinoglu, Jean-Claude Casadesus, Charles Dutoit, Laurence Equilbey, Asher Fisch, René Jacobs, Louis Langrée, Marc Minkowski, Raphaël Pichon, Josep Pons, Jérémie Rhorer, François-Xavier Roth, Sébastien Rouland, Leonard Slatkin, Jean-Christophe Spinosi, Nathalie Stutzmann.

Sa discographie comprend Septem verba a Christo de Pergolèse (Harmonia Mundi, 2012) ainsi que des Mélodies de Charles Koechlin (Timpani records, 2015) et L’heure espagnole (BR Media 2017). La production de Ciboulette à l’Opéra Comique est disponible en DVD. Son premier album solo, “Confidence”, enregistré avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon (direction musicale: Pierre Bleuse), est paru en 2018 sous le label Alpha Classics et s’est vu gratifier d’un Diapason d’or et d’un Qobuzissime.

Julien Behr est parrain en France de l’association “El Sistema”, qui s’est donnée pour mission d’aider les enfants en difficulté par une pratique intensive de la musique.

Septembre 2019

Biographie courte

 

Titulaire d’un Master de Droit, nommé révélation “artiste lyrique” de l’ADAMI en 2009, il fait aussi parti des 3 nommés dans la catégorie “révélation artiste lyrique” aux Victoires de la musique classique en 2013. Il fait ses débuts internationaux en 2009 au Festival d’Aix-en-Provence dans le rôle-titre d’Orphée aux Enfers. On le retrouve par la suite sur des scènes telles que le Théâtre des Champs-Elysées, l’Opéra Comique, l’Opéra de Lyon, l’Opéra du Rhin, l’Opéra de Bordeaux, l’Opéra de Nancy, le Theater an der Wien, le Mozartwoche à Salzbourg, l’Opéra de Cologne, l’Opéra de St Gall, l’Opéra de Bern, l’Opéra de Flandre, le Barbican Centre à Londres, le Festival Mostly Mozart à New York, l’Opéra de Minneapolis. Mozartien accompli, il fait ses débuts à l’Opéra de Paris en 2015 dans le rôle de Tamino (La flûte enchantée). Il collabore avec les orchestres les plus prestigieux et des chefs d’orchestre tels que Alain Altinoglu, Jean-Claude Casadesus, Charles Dutoit, Laurence Equilbey, Asher Fisch, René Jacobs, Louis Langrée, Marc Minkowski, Raphaël Pichon, Josep Pons, Jérémie Rhorer, François-Xavier Roth, Sébastien Rouland, Leonard Slatkin, Jean-Christophe Spinosi, Nathalie Stutzmann. Son premier album solo, “Confidence”, enregistré avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon (direction musicale: Pierre Bleuse) est paru en 2018 sous le label Alpha Classics et s’est vu gratifier d’un Diapason d’or et d’un Qobuzissime.

Julien Behr est parrain en France de l’association “El Sistema”, qui s’est donnée pour mission d’aider les enfants en difficulté par une pratique musicale intensive.

 

Septembre 2019