News / Presse

Sortie du disque


Sortie du premier disque en solo le 28 septembre !

Disque


Pour cette rentrée, Julien retrouve l’opéra de Paris avec une création mondiale du compositeur Michael Jarrell, adaptation de Bérénice de Racine, avec comme metteur en scène Claus Guth. C’est également une 1ère rencontre avec le directeur musicale de l’institution, Philippe Jordan. A l’opéra Garnier à partir du 29 septembre!
Cette rentrée est également marquée par la sortie de son 1er disque solo che Alpha. Un récital d’airs d’opéra romantiques français avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon.

Don Ottavio à l’Opéra de Lyon


La saison de Julien Behr se termine comme elle avait commencé: avec Don Ottavio (Don Giovanni)! En début de saison, c’était à l’Opéra de Nancy dans une mise en scène de Jean-François Sivadier, cette fois-ci c’est à l’Opéra de Lyon dans une mise en scène de David Marton (direction musicale Stefano Montanari).
Première le 25 juin 2018

Belcanto à Bordeaux


Il y a quelques semaines, Julien Behr réussissait son entrée dans le répertoire verdien le rôle de Fenton (Falstaff) qu’il interprétait pour la première fois à l’Opéra des Flandres. Quelques extraits de presse:

« Belle vivacité et beau timbre: Julien Behr. » (Frankfurter Allgemeine Zeitung, 15.12.17)

« Le jeune ténor Julien Behr est une révélation: phrasé splendide, tout ce qu’il faut de mordant et de sentiment dans sa voix lyrique et, pour couronner le tout, une vibrante présence scénique ». (Der Neue Merker, 13.12.17).

« Cocorico, le Fenton de Julien Behr est superbe: jusqu’ici surtout apprécié comme mozartien, le ténor français confirme son adéquation avec le répertoire de l’ottocento, et l’on attend maintenant sa prise de rôle en Edgardo de Lucia di Lammermoor ce printemps. » (Forumopera, 12.01.18)

C’est donc un rôle exigeant du répertoire Belcanto, Edgardo dans Lucia di Lammermoor de Donizetti, qui attend désormais Julien Behr à l’Opéra de Bordeaux. Première le 3 avril 2018.

Après Mozart, retour à la maison avec Gluck


Julien Behr s’est incontestablement établi ces dernières années comme ténor mozartien, abordant avec succès Tamino (La flûte enchantée) de Bern à Minneapolis en passant par Paris et, récemment, Don Ottavio (Don Giovanni) à l’Opéra de Cologne et au Théâtre des Champs-Elysées. Voici quelques extraits de presse de la production à Paris :

“Julien Behr nous réjouit en Don Ottavio avec sa chaude voix lyrique“. (operapoint.com , 7.12.20)1

“Bel Ottavio, timbré et franc, de Julien Behr: quel plaisir de trouver, le lendemain même de Stanislas de Barbeyrac, un autre ténor de culture vocale française, de timbre non moins individuel, et de style!” (qobuz.com, 9.12.16)

“Excellent Don Ottavio de Julien Behr au chant élégant (superbe «Dalla sua pace»).“ (La lettre du musicien 8.12.16)

Deux ans après ses débuts à l’Opéra de sa ville natale, Lyon (Arbace dans Idomeneo), Julien Behr y revient avec le beau rôle d’Admète dans Alceste de Gluck. Gluck, le réformateur de l’opéra français, qui eut tant d’influence sur Mozart.

Première d’Alceste le 2 mai 2017

Mozart encore et toujours


Il avait conclu la saison passée par une prise de rôle (Admète dans Alceste de Gluck) à l’Opéra de Lyon, sa ville natale. Quelques critiques pour en témoigner: „le timbre doux et crémeux de Julien Behr est admirable“ (backtrack.com, 05.05.17); „Julien Behr est un Admète à la Gedda, en tous points magnifique: juvénilité et vaillance de l’allure comme du timbre“ (forumopera.com, 02.05.17).
Pour débuter cette saison, Julien Behr retrouve un de ses rôles de bravoure, déjà abordé à l’Opéra de Cologne et au Théâtre des Champs-Elysées: Don Ottavio dans Don Giovanni. Avec ses talents de comédien et les deux spendides airs que comporte le rôle, il est fort à parier qu’il saura conquérir aussi le public de l’Opéra national de Nancy et, dans la foulée, celui du Grand Théâtre de Luxembourg. Première à Nancy le 29 septembre et à Luxembourg le 23 octobre 2017.

Falstaff à l’Opéra flamand


Notre ténor mozartien attendait avec impatience de pouvoir faire ses débuts dans un rôle verdien et c’est Fenton (Falstaff) qui lui tend les bras à l’Opéra flamand! Ce rôle lui ira comme un gant. Direction musicale: Tomáš Netopil, mise en scène: Christoph Waltz. Première à Anvers le 13 décembre 2017.

Salomé à Strasbourg


Bien que sa voix soit très « italienne » (focalisée, mordante et pleine de couleurs), Julien Behr a commencé par bâtir sa réputation internationale avec un rôle „allemand“: Tamino (La flûte enchantée), qu’il a déjà abordé dans six différentes productions dont celle, récente, de l’Opéra Bastille.

Voici désormais Julien de retour à l’Opéra du Rhin pour porter à son répertoire un nouveau rôle de langue allemande, celui de Narraboth, le capitaine amoureux malheureux de Salomé. Première à Strasbourg le 10 mars 2017.

Don Ottavio au Théâtre des Champs-Elysées


Il y a quelques mois, le grand magazine d’opéra de langue allemande, Opernfreund, écrivait à propos du Don Ottavio de Julien Behr à l’Opéra de Cologne: « Julien Behr est un Ottavio convaincant: un tout jeune ténor mozartien qui, avec son superbe timbre, une belle culture du piano et un jeu engagé, donne du relief à ce rôle d’amoureux d’ordinaire plutôt pâle“. Il faisait alors ses débuts dans ce rôle.

Julien Behr retrouve Don Ottavio, pour une nouvelle production au Théâtre des Champs-Elysées cette fois.

Première le 5 décembre 2016

A Cologne, un Don Ottavio plein de relief


Il y a quelques semaines, Julien Behr faisait ses débuts dans le rôle de Don Ottavio (Don Giovanni) à l’Opéra de Cologne, sous la direction musicale de François-Xavier Roth. Accueil enthousiaste! Extraits de presse.

« Avec son timbre somptueux, son jeu naturel et un touchant lyrisme (Concerti, 09.03.16), Julien Behr n’est pas, selon Der Neue Merker (06.03.16), « un amoureux larmoyant mais un gentleman puissamment masculin ».
Online Musik Magazin ajoute (07.03.16): « l’Ottavio de Julien Behr a de la substance jusque dans le pianissimo. Il campe du reste un Macho virile et prêt à en découdre avec son adversaire Don Giovanni“. Der Opernfreund résume (06.03.16): « Julien Behr est un Ottavio convaincant: un tout jeune ténor mozartien qui, avec son superbe timbre, une belle culture du piano et un jeu engagé, donne du relief à ce rôle d’amoureux d’ordinaire plutôt pâle ».
Le mot de la fin pour Klassikfavori (06.03.16): « fort d’un pianissimo à couper le souffle, le ténor français Julien Behr nous offre un moment de grâce dans l’air « Dalla sua pace ».

Après avoir fêté ses débuts à l’Opéra de Paris avec Tamino en 2015, Julien Behr nous a démontré à Cologne, une fois encore, qu’il est un ténor mozartien de grande classe sur lequel il faut compter. Le rôle de Don Ottavio est à son agenda pour deux nouvelles productions, l’une au Théâtre des Champs-Elysées et l’autre à l’Opéra de Lyon.

Don Ottavio à l’Opéra de Cologne


En juin 2015, il clôturait la saison en fêtant ses débuts à l’Opéra de Paris (Tamino). Quelques semaines plus tard, il débutait la nouvelle saison avec l’Orchestre de la Suisse Romande et Charles Dutoit lors d’une magistrale représentation concertante de L’heure espagnole (Gonzalve) au Victoria Hall de Genève puis abordait son premier rôle belcanto à l’Opéra de Rennes (Ernesto dans Don Pasquale). Voici désormais Julien Behr dans la peau de Don Ottavio à l’Opéra de Cologne dans une nouvelle production de Don Giovanni placée sous la baguette de François-Xavier Roth. Première le 5 mars 2016.

De Bastille à Garnier


En juin, il était Tamino (La flûte enchantée) à l’Opéra Bastille dans une mise en scène Robert Carsen, en septembre il sera Mercure à l’Opéra Garnier à l’occasion de la reprise du fameux Platée de Laurent Pelly avec Marc Minkowski à la baguette. Représentations à partir du 7 septembre 2015.
Julien Behr sera ensuite Gonzalve dans L’heure espagnole avec l’Orchestre de la Suisse Romande placé sous la direction de Charles Dutoit puis il retrouvera Tamino à Minneapolis dans la production de Barrie Kosky.

Tamino à l’Opéra de Paris


En 2011, Julien Behr abordait son tout premier Tamino à l’Opéra de Rouen sous la baguette de Sébastien Rouland et dans une mise en scène de William Kentridge. Depuis, il a repris ce rôle à St Gall, Bern, Bordeaux et Minneapolis (pour ses débuts aux Etats-Unis). C’est désormais à Paris qu’il incarnera ce rôle qui lui va si bien lors de la reprise de la production de Robert Carsen sur la scène de l’Opéra Bastille.

Représentations à partir du 26 mai 2015.

Une création à l’Opéra national du Rhin


Il y a quelques mois, le chroniqueur Laurent Bury écrivait sur forumopera.com: « Julien Behr est le ténor mozartien que la France attendait“. Julien Behr nous montrera bientôt qu’il est à la hauteur de cette attente en allant interpréter Tamino (La Flûte enchantée) à l’Opéra Bastille. En attendant cet événement, il débute sa saison à l’Opéra national du Rhin en participant à une création de Régis Campo, Quai Ouest, d’après la pièce éponyme de Bernard-Marie Koltès. Première le 27 septembre 2014.

De Tamino à Gonzalve, une saison bien remplie


Notre ténor lyonnais fut cette saison Ferrando (Così fan tutte) à l’Opéra national de Lorraine, Gonzalve (L’heure espagnole) au Barbican Centre avec l’Orchestre symphonique de la BBC, Camille de Countançon (La veuve joyeuse) à l’Opéra d’Avignon, Tamino (La flûte enchantée) à l’Opéra national de Bordeaux et Antinoüs (Pénélope de Gabriel Fauré) au Théâtre des Champs-Elysées.

De retour au Theater an der Wien


La saison de Julien Behr a débuté avec un récital de mélodies de Verdi et de Liszt au Musée de Grenoble. Le jeune ténor lyonnais est désormais de retour au Theater an der Wien où il incarne le rôle d’Arbace (Idomeneo) sous la direction musicale de René Jacobs. Ce n’est pas une prise de rôle, puisque Julien Behr a chanté son premier Arbace en 2010 au Mozartwoche de Salzbourg sous la direction musicale de Marc Minkowski. Première le 13 novembre 2013.

Parfaits débuts parisiens


Julien Behr faisait il y a quelques jours ses débuts remarqués sur une scène parisienne dans Ciboulette (rôle d’Antonin) à l’Opéra Comique, sous la direction musicale de Laurence Equilbey et dans une mise en scène de Michel Fau. Sa performance est unanimement saluée par la presse.